LE JOURNAL DU CONSERVATEUR

 

SommaireTrésors de Meuse, un livre d’art sur le patrimoine meusien public hors musées, par François Janvier, Conservateur des AOA de la Meuse et Bernard Prud’homme, Conservateur délégué, aux éditions Serge Domini

Le département de la Meuse possède près de 2 500 objets protégés au titre des Monuments historiques : patrimoine civil, religieux, funéraire, mobilier, objets d'art, objets militaires, scientifiques, peintures, sculptures, instruments de musique, ivoires, broderies, vitraux, pièces d’orfèvrerie ou de ferronnerie...

Ces objets hors musées, peu connus du public, sont soigneusement conservés dans des coffres-forts ou au Centre départemental d'Art sacré de Saint-Mihiel ou simplement exposés dans les églises ou autres édifices publics : cimetières, hôpitaux, mairies...

Les auteurs, François JANVIER, Conservateur des Antiquités et Objets d’Art du département de la Meuse, et Bernard PRUD’HOMME, Conservateur délégué, ont pour mission la sauvegarde et la mise en valeur de ce patrimoine.

Les trésors montrés dans ce livre sont le résultat d’une sélection dans l’espace et dans le temps. Le plus ancien date du XIIe siècle et le plus récent du XXe siècle. Le nord, le centre et le sud du département sont représentés.

Privilégiant une illustration particulièrement soignée en près de 250 photographies couleur, toutes prises par François JANVIER, souvent en pleines, voire en doubles pages, les auteurs ont voulu rassembler des « Trésors » de Meuse dans un splendide ouvrage où chaque page est émerveillement, étonnement, pur plaisir.

 

Préface de Yves LESCROART
Inspecteur général des Monuments historiques

Avant-propos de Christian NAMY
Président du Conseil Général de la Meuse

 

A noter : cet ouvrage a été récompensé par le Prix spécial des conseils généraux de Lorraine 2005 qui a été décerné aux auteurs le 16 novembre 2005 à Bar-le-Duc.

Pour commander (prix 49 € TTC)


Préface

Des trésors, un regard

Les uns les amassent passionnément, les conservent jalousement, les protègent et les enrichissent, puis les transmettent. D’autres parfois les convoitent, ou les dilapident sans remords…

La notion de trésor nous renvoie à des réalités très diverses selon les lieux, les temps et les hommes. Le trésor de la cathédrale médiévale était notamment constitué des plus précieux ouvrages d’orfèvrerie, liés à l’exercice du culte, mais rassemblait aussi les témoins les plus insignes de son histoire. Les nécessités financières faisaient alors peu de cas du caractère sacré des instruments du culte : on y refondait sans remords l’or et l’argent pour en créer de nouveaux, plus somptueux encore, on puisait aussi dans cette réserve monétaire pour alimenter le chantier de reconstruction de l’église, ou pour soulager le peuple de la famine. Mais il arrivait aussi que le trésor d’une cathédrale alimente le butin des envahisseurs aux époques troublées...

C’est à la découverte d’autres trésors que nous convient les auteurs de ce livre, en amassant le trésor virtuel de quelques-uns des plus beaux ou des plus émouvants éléments du patrimoine mobilier qu’ils inventorient et protègent inlassablement depuis de longues années. Cette belle terre de Meuse, dont les paysages apaisés ont connu tant de combats fut en effet de tous temps une terre féconde d’artistes, d’artisans inspirés, et de commanditaires éclairés.

Il était juste de rendre hommage à l’un des plus prodigieux sculpteurs de tous les temps en la personne de Ligier Richier, en évoquant entre autres œuvres le sublime Sépulcre de Saint-Mihiel. Et dans cet ouvrage, l’œil du photographe vient au fil des pages y interroger subtilement le dialogue muet des regards des acteurs de ce grand drame de pierre.

Mais le propos de cet ouvrage va bien au-delà de la contemplation de quelques chefs-d’œuvre, en nous offrant un regard sur ce que les auteurs ont perçu, au travers de leur sensibilité, comme l’expression profonde de l’identité de cette partie de la Lorraine.
Au château de Tronville, converti en mairie, la joie de vivre éclate sur les visages du baron Viart et de son épouse, et l’on se délecte déjà du plantureux repas qu’ils accommodent pour nous au trumeau peint de leur ancienne demeure… Nous partageons aussi la gravité sereine qui émane de la patène funéraire trouvée dans le tombeau de l’évêque Nicolas Bousmard, éminent prélat endormi sous les dalles de la cathédrale de Verdun, simple et bel objet dont le graphisme, à plusieurs siècles de distance, reste d’une extraordinaire modernité… Et enfin comment ne pas suivre dans ses spéculations scientifiques l’un des chercheurs qui se sont penchés sur l’œilleton du spectro-goniomètre, merveille d’optique et de laiton poli, conservé au lycée de Bar-le-Duc…

Au fil de ces pages, c’est un nouveau regard qu’il nous est suggéré de poser sur notre patrimoine, pour constituer, conserver et transmettre nos propres trésors.

Yves LESCROART, Inspecteur général des Monuments historiques.


Table des matières

 

CHAPITRE  I – De la musique

 

CHAPITRE  II – De la peinture et du vitrail

 

CHAPITRE  III – De la sculpture

 

CHAPITRE  IV– Du mobilier d’église

 

CHAPITRE  V– De l’orfèvrerie et des objets d’art

 

CHAPITRE  VI – De la broderie et de la passementerie

 

CHAPITRE  VII – Des arts et des techniques


Un superbe livre d’art

Conçu dans l’esprit des livres précieux, beau papier, impression entièrement en couleur, coffret relieur, tirage limité, « Trésors de Meuse » aux éditions Serge Domini, présente près de 150 objets choisis parmi les richesses du patrimoine de la Meuse.

En lui-même un véritable trésor, c’est à la fois un ouvrage de référence, un beau-livre, un livre cadeau.

Beau-livre de 240 pages couleur
Papier couché 170 g
Cahiers cousus au fil
Couverture façon lin, dorure à chaud
Jaquette pelliculée couleur
Coffret façon relieur, contrecollé pelliculé
Près de 250 photographies couleur

 

Pour commander

Pour acquérir cet ouvrage, vous pouvez faire parvenir à l’éditeur Serge Domini, le bon de commande ci-après dûment rempli et accompagné de votre règlement par chèque (prix unitaire 49 € TTC, frais de port offerts).

Cliquer sur le lien pour ouvrir le bon de commande. Il vous suffira de l’imprimer et de le remplir puis de l’envoyer à l’éditeur par la poste.

 

Retour haut de pageImprimer la page

Date de mise à jour : 16 novembre 2005

AOA Meuse (accueil)